« … ce ne sont pas les éléments qui déterminent l’ensemble,
mais l’ensemble qui détermine les éléments
… »
Georges Perec

Fred Murie est né à Rennes en 1972. Il vit et travaille en Bretagne.

Suite à un parcours scientifique, Fred Murie a affirmé une ambition artistique qui continue de se nourrir de cette formation initiale. Cette double identité l’a amené de la peinture vers des expérimentations numériques jusqu’à développer aujourd’hui une pratique par laquelle le langage devient forme.

Qu’il soit visuel, verbal ou digital, le langage lui permet d’interroger le réel à travers un système de contraintes. La contrainte est ici envisagée comme un jeu de règles qu’il s’agit de subvertir et transcender afin d’en révéler la force créatrice. En s’émancipant des règles, il produit des formes hybrides et paradoxales comme autant d’énigmes visant à troubler nos sens.

Fred Murie s’emploie ainsi à créer des cadres qui ouvrent des perspectives inédites au travers desquelles notre imaginaire peut se déployer.

Toute mémoire est une empreinte du réel inscrite dans un langage. Ces empreintes constituent la matière première de son travail et peuvent être de différentes natures : intimes dans le cas d’une écriture personnelle ou d’ateliers d’écriture liée aux souvenirs, culturelles lorsqu’il s’agit de textes ou d’œuvres majeures, scientifiques lorsqu’il s’agit de phénomènes physiques ou biologiques liés à la perception.

Mais le moteur de ses recherches réside dans la contrainte. C’est le plus souvent elle qui détermine la matière. Et c’est elle qui la déconstruit pour mieux la réinventer. La mémoire est traitée par des algorithmes comme une information et transformée suivant des codes définies par l’artiste. Les langages de programmation permettent de soumettre ces données numériques à des mécanismes de découpe, de mélange, de classement, d’accumulation qui donnent naissance à des formes aussi rationnelles qu’insolites. Sa maîtrise des outils et des langages informatiques l’autorise ainsi à jouer avec l’ordre des choses afin de créer de nouvelles réalités.

Les formes virtuelles générées sont diffusées sur écran avant de s’incarner au travers d’installations, de projections et d’impressions bi ou tri dimensionnelles. Ces réalisations se révèlent tout à la fois séduisantes, de par leur aspect ludique et leur esthétique minimale, et déroutantes, de par leur nature monstrueuse engendrée par la machine. Leur manifestation dans l’espace d’exposition entend proposer des expériences sensorielles susceptibles de transformer notre perception du monde.

Depuis plusieurs années, Fred Murie collabore avec l’artiste Flavien Théry au sein de l’entité Spéculaire. Leur complémentarité et leur intérêt commun pour les relations entre art et science, les amènent à développer des projets qui cherchent à révéler, au sein du réel, la présence de dimensions immatérielles, comme autant de nouvelles réalités insoupçonnées.

Si l’expression du souvenir, l’œuvre initiale ou la mesure physique est présente dans sa totalité, l’intégrité de son sens nous reste inaccessible. L’ambiguïté de cette présence insaisissable questionne notre rapport au réel par la mémoire. La mémoire ne s’efface pas ; elle nous échappe pour resurgir, parcellaire. Et chacune de ses émanations nous livre une vision du réel comparable à la pièce d’un puzzle que nous ne pourrons jamais reconstituer. Seul notre imaginaire porte l’espoir de faire exister l’invisible, de faire vivre le passé au présent.